Rechercher
  • Béatrice Calo Duret

Je suis perfectionniste


Vous est-il déjà arrivé de louper une opportunité, un client, un challenge sous prétexte que ce que vous aviez fait n'était pas à la hauteur de vos attentes, pas assez ceci, pas assez cela, bref pas assez parfait à vos yeux?

Vous est-il arrivé de voir votre concurrent, votre collègue, votre voisin saisir cette opportunité alors qu'à vos yeux il ne le méritait pas? Oui? Alors il y a de fortes chances pour que vous soyez perfectionniste! Pour que vous vous disiez : "tu as les moyens d'être le meilleur, le premier en tout; tu es capable d'encore mieux, ...tu dois être à la hauteur..." A quelle hauteur mettez-vous la barre ? Comment vivez-vous ces injonctions, ces consignes, parfois ces ordres que vous avez intériorisés ? Vous pouvez avoir été élevé dans une famille avec ces messages, ou bien les avoir adopté en réaction...peu importe leur origine, il y a des hauteurs qui stressent n'est ce pas? Etre à la hauteur, OK mais de quoi? Comment allez-vous délimiter cette hauteur ? Prenez conscience de vos stratégies : toujours vérifier...ne jamais se satisfaire de ce qui est obtenu...faire toujours mieux...faire tout soi-même...travailler toujours plus... Prenez conscience de ce que vous pensez : "je dois être parfait...si tout n'est pas parfait on va me juger...je dois tout contrôler...je vais commencer quand tout sera favorable..." Prenez conscience de ce que vous ressentez : une crispation physique, ... une anxiété, ...un persécuteur : "tu peux faire toujours mieux", "fais donc attention aux détails", "tu n'as pas droit à l'erreur"... Quel est le risque du perfectionniste : installer une insatisfaction chronique, courir après un absolu, fragiliser l'estime de soi...sous l'effet du stress, le message peut devenir toxique, et vous mener tout droit au Burn Out.

5 étapes pour atténuer l'impact de ces injonctions ? 1 - En avez-vous pris conscience? Vous venez peut-être de le faire à l'instant en lisant ces quelques lignes (si vous en doutez encore, je peux vous proposer un test) ; 2 - Décidez d'évoluer : pour cela, il vous faut être un minimum motivé; donc mesurez le rapport coût/bénéfices à conserver votre perfectionnisme ? 3 - Etes-vous convaincu que les bénéfices sont supérieurs aux coûts, aux risques? 4 - Décidez d'être réaliste et pragmatique, prenez du recul pour analyser une situation avant de prendre une décision, essayez de déléguer...Accordez-vous le droit à l'erreur. 5 - Programmez votre message antidote : "Sois réaliste" - " Autorise-toi à être toi-même" - "Autorise-toi à faire des erreurs" - Dans la vie mieux vaut tenir compte de la réalité, admettre qu'il n'est pas possible de tout maitriser, ne pas s'en inquiéter outre mesure et l'accepter avec sérénité.

Agissez-vous, prenez la bonne décision, lâchez du leste, baissez la barre d'un cran, voire deux, respirez, envoyez bouler ce persécuteur et méditez : une action n'a pas besoin d'être parfaite pour être valable!

Racontez-moi une expérience dans laquelle vous avez vécu ce perfectionnisme, quelle était la situation? Qu'avez-vous ressenti? Qu'avez-vous pensé?


7 vues