Le leader de demain fait preuve d'empathie, de transparence et de fragilité

 

Selon le cabinet McKinsey, les 4 comportements clés qui influent le plus sur la performance de l’entreprise parmi les 21 comportements repérés (ICI ) :

- résoudre efficacement les problèmes,

- guider l’action par l’exigence de résultats,

- élargir les perspectives,

- favoriser l’esprit d’équipe.

 

Comment activer ces comportements? 

Dans le compte-rendu de la rencontre "Quels leaders pour demain?" il est dit que "Pour acquérir ces capacités il n’existe aucune méthodologie a priori que pourraient contenir ces ouvrages sur le leadership :  il faut d’abord mettre le leader en situation d’action, et encore mieux – car c’est là où l’on développe le mieux et le plus rapidement ses capacités – en situation contraignante, inconnue, nouvelle. Le leader apprend quand il est hors de sa zone de confort...La manière dont un leader agit comporte des causes profondes, comme les convictions et les valeurs forgées par l’expérience passée, professionnelle ou non. Le contexte influe aussi largement sur les modalités d’expression de ces valeurs..."

OK, le leader se révèle dans l'action, mais encore.  

 

Ce qui est intéressant dans ce compte-rendu ( ICI ) ce sont ces quelques phrases d'Emmanuelle Duez* qui parle du leader de demain vu par la génération Y :

"... Notre génération ne croit plus aux superhéros, aux superleader. Lorsqu’on a demandé à des jeunes bac+2 de 70 pays quel leader ils voudraient être plus tard, beaucoup on répond « just a nice guy ». Plus précisément, 3 qualités sont ressorties : l’empathie, la transparence et la fragilité...La fragilité ce n’est pas une faiblesse, c’est la capacité à dire je ne sais pas, je ne sais plus, je ne sais pas faire seul...D’où la fin du mythe du superleader. Le leader n’est plus celui qui fait preuve de sa force...

La transparence appliquée au leadership, c’est que l’homme, ou la femme, ses personnalités, ses valeurs intrinsèques, ses convictions, et ce qu’il infuse dans l’entreprise, ses orientations stratégiques, ses discours, tout doit être parfaitement aligné.

...Je crois que certaines personnes portent les qualités intrinsèques pour être un leader, quand d’autres ne les portent pas. Une fois reconnu le fait que l’on a ces qualités, se présente la possibilité de les développer ou pas.

Et la meilleure manière de les développer, c’est l’action. C’est de s’en prendre plein la figure, de se relever, puis de comprendre."

 

Je ferme ici les guillemets pour dire que bien des quadras/quinqua (dont je fais partie) ont agi de cette façon dans des entreprises plus traditionnelles et "s'en sont pris plein la figure" car ces trois qualités n'étaient pas encore dans la culture de ces organisations - aujourd'hui elles "se sont relevées et ont compris" (résilience). 

En quête d'autonomie et de responsabilités, certaines sont devenues entrepreneures et se posent la question d'être un bon leader. Faire preuve de transparence, c'est mettre en cohérence autant que possible actes et paroles pour gagner en crédibilité et oser être soi avec sa personnalité et ses valeurs. Et "S'imposer naturellement" n'est pas l'apanage de la génération Y. 

 

Les lignes bougent aussi (ouf! ) au sein des organisations  à travers la mise en place de pépinières internes qui permettent de capter l'énergie intrapreneuriale trop souvent étouffée dans ces grandes organisations peu agiles - « C’est ni plus ni moins de l’externalisation à de petites entités autonomes, dotées des moyens financiers et matériels suffisants pour fonctionner en roue libre par rapport à la « maison mère ». Le grand compte crée ainsi un ‘bébé’ en interne en s’inspirant du modèle de la petite entreprise », détaille Alain Bosetti, président du salon des micro-entreprises. 

 

J'ouvre à nouveau  les guillemets sur les propos d'Emanuelle Duez :

 

"Pour moi un bon leader, c’est celui qui a la capacité à inspirer les autres, à les rendre admiratifs....Le leader de demain, c’est le leader 5/5, qui s’imposera naturellement après avoir été noté 5 étoiles par ses pairs, ses managés, ses managers.

Le leadership de demain, c’est l’Uber du leadership."

 

Une nouvelle ubérisation serait donc en cours.

 

Etre dans cette transparence => c'est être au clair avec sa personnalité, ses valeurs, ses convictions, sa vision ; ce n'est pas simple et difficile à faire seule. Une coach saura vous poser les bonnes questions pour faire émerger ce potentiel car le principal actif de votre entreprise, c'est vous. Restons connectées.

 

 

 

* Fondatrice du Boson Project et de WoMen Up

 

 

Please reload

Recent Posts

September 12, 2017

May 4, 2017

Please reload

Archive
Please reload

Search By Tags
Follow Me
  • Viadeo_favicon_300dpi_RGB
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
  • LinkedIn Social Icon