L'émotion vous étreint? Défusionnez !

 

J'ai envie de vous partager aujourd'hui une technique qui a fait ses preuves même si elle parait au premier abord comment dire bizarre!

Peut-être vous êtes-vous déjà retrouvé en prise avec une émotion qui vous serre le cœur, trouble votre esprit, vous sidère, et vous emmène à squatter la première salle de réunion vide ou même vous enfermer aux toilettes, histoire de vous extraire du regard des autres quelques instants pour vous mettre "la ratte un peu plus au court-bouillon". Ca vous parle?

Avant d'aborder cette technique, un peu de pédagogie - prenons l'exemple de la peur et décortiquons en séquences le circuit de cette peur dans notre corps :

1 - je perçois un motif de ressentir de la peur (prise de parole en public, challenge, prise de risque, ...)

2 - mon thalamus reçoit des infos sensorielles et fait le lien avec mon système limbique (le cerveau émotionnel, soit le cerveau droit)   

3 - mon amygdale s'active en chef d'orchestre des réactions émotionnelles :

4 - l'hippocampe est sollicité, il se connecte à ma mémoire : aurai-je déjà ressenti ça ? 

5 - le locus coeruleus déclenche les réactions physiques : mains moites, rougeurs..., l'hypothalamus et l'hypophyse déclenchent les hormones de stress : adrénaline et cortisol.

Et voilà, et tout ça se passe bien sur  à la vitesse de la lumière, avant même que la raison ne capte quoique ce soit.

Donc idéalement ne réagissez pas à chaud, essayez de vous isoler quelques instants, pour défusionner de cette émotion désagréable (je n'ai pas dit négative).
Comment faire ?
- Respirez profondément et accueillez, acceptez l'émotion (je sais c'est contre-intuitif), vous pouvez vous dire par exemple "c'est OK" ... "c'est ce que je vis maintenant" ...
- Respirez profondément et posez-vous en observateur neutre (donc sans jugement) de ce qui se passe en vous et verbalisez (à haute voix ou mentalement) : "j'éprouve de la peur,... j'éprouve de la colère...je ressens de la tristesse, ..."
- Vous pouvez même parler à votre émotion : "merci de te faire voir, quel est ton besoin ? Quel est ton message ? Qu'est ce que tu veux me dire sur moi? Sur mon environnement?..."  

- Respirez profondément à nouveau, essayez de relativiser et efforcez-vous de sourire (là encore, c'est contre-intuitif, je sais ) car le sourire est une expression faciale qui informe votre cerveau de votre ressenti et lui donne le signal d'une humeur différente, l'intérêt aussi est que ça décrispe le visage !

Remarquez que la respiration profonde est importante à toute les étapes.

Normalement à ce stade, il y a deux effets :

1 - l'intensité de l'émotion baisse car celle-ci a été accueillie, reconnue, et nommée. 
2- vous avez une irrépressible envie de bailler si si ;-)

Vous êtes attentif à vous-même, vous avez réussi à revenir à un état émotionnel plus stable, vous récupérez. Alors baillez, baillez, c'est très bon signe : "Bailler à fond permet de détendre les muscles de son visage et de respirer profondément pour bien oxygéner le cerveau" nous dit le Dr Eva Lothar 

Les émotions sont comme des radars, les reconnaître, les accepter, et savoir composer avec elles, c'est accorder audience au thermostat de notre bien-être intérieur : ce sont des messagères à écouter, des boussoles et de fidèles alliées si on sait les gérer.

Ne les fuyez pas, agissez-vous, accordez-leur audience.

   

 

 

 


 

Please reload

Recent Posts

September 12, 2017

May 4, 2017

Please reload

Archive
Please reload

Search By Tags
Follow Me
  • Viadeo_favicon_300dpi_RGB
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
  • LinkedIn Social Icon