Pourquoi la PNL devrait inspirer les décideurs

June 27, 2016

 

Plutôt que de vous donner une des nombreuses définitions de la Programmation neurolinguistique (PNL), je préfère vous partager la phrase de Richard Bandler* :
"Le bon Dieu nous a donné un excellent outil, très sophistiqué : notre cerveau. Mais ce jour-là, il devait être un peu distrait car il a oublié d'y joindre le mode d'emploi. La PNL, c'est le mode d'emploi".

 

Sur le site PNL-NLP** , il est précisé les présupposés ou principes de base de la programmation neurolinguistique (ou pourrait-on dire plasticité neurolinguistique :-)).

En les relisant, il m'a semblé pertinent de créer des synergies avec nos processus de pensées, de ressentis et d'actions sous la forme de quelques questions auxquelles je vous invite à réfléchir et à répondre (elles sont en bleu dans le texte ci-dessous pour me démarquer du texte source), les voici :

 

1/ Nous ne pouvons pas ne pas communiquer.
L'homme vient au monde en s’intégrant inéluctablement dans un univers de communication préexistant. Nous communiquons donc, même quand nous échangeons le message non verbal de ne pas vouloir communiquer verbalement.

- Quand avez-vous pensé qu'il n'était pas opportun de communiquer ?

- Qu'avez-vous ressenti à ce moment-là?

- Qu'en avez-vous conclu?

Utiliser au mieux nos cinq sens nous permet de capter et traiter les multiples signaux de notre environnement.

- Quelle est la dernière fois où vous avez eu pleinement conscience d'utiliser vos sens?

 

2/ La carte que nous créons n'est pas le territoire.
Chacun se construit une représentation personnelle (une carte) de la réalité (le territoire). Cette carte sert à édifier nos comportements. Comprendre l'autre signifie donc respecter sa carte du monde (sans projection, ni interprétation).

Nous agissons plus en fonction de nos cartes mentales que du territoire.
Nous agissons en fonction de nos représentations linguistiques d'une situation (nos cartes) et non d’une « réalité ». Le langage n'est qu'un simple reflet de la réalité. 
Enrichir sa carte intérieure permet de changer son expérience du monde.

- Avez-vous eu dernièrement une perception de la situation qui s'est avérée erronée?

- Qu'en avez-vous pensé? ressenti?

- Qu'avez-vous décidé de changer?

 

3/ Le comportement est tourné vers l'adaptation.
Les êtres humains sont des organismes vivants qui opèrent les meilleurs choix qu'ils perçoivent comme disponibles à un moment donné, pour s'adapter à leurs environnements.

- Que pensez-vous de ce principe? 

- Quelle est la dernière fois où vous avez ressenti que vous aviez opéré les meilleurs choix? C'était avec Qui? 
- Si vous deviez décortiquer ce mode opératoire, ça donnerait quoi? ?   

 

4/ L'élément d'un système qui a le plus de choix, contrôle ce système.
L’élément le plus flexible d’un système, celui qui possède une grande variété de choix comportementaux et de styles est celui qui tend à réussir le mieux. 
Notre capacité d'adaptation consiste à "essayez autre chose", plutôt que de faire “toujours plus de la même chose”.

Ca s'appelle la flexibilité cognitive, n'est ce pas? Rappelez-vous la nouvelle compétence de demain, celle qui sera la plus recherchée ;-) 

- Avez-vous l'esprit critique?

- Savez-vous gérer, utiliser et apprécier les savoirs des autres ?

- Dans quelle situation avez-vous réussi à surfer et à rebondir ? 

Pascal a dit : "L'Erreur est de ne pas chercher la vérité contraire".

 

5/ Chaque comportement est orienté vers un but et détient une intention positive.
Ce que fait une personne correspond à quelque chose d'important pour elle, à une intention positive. Si l'intention immédiate d'un comportement peut sembler négatif, il est possible d'identifier une méta-intention positive pour la personne.

En d'autres termes, l’intention positive derrière un comportement agressif peut être la protection. Derrière la peur, on trouvera souvent la sécurité. Derrière la colère, il y a le besoin de maintenir des frontières claires...

- Quelle est la dernière fois où vous vous êtes mis en colère?
- D'après vous, quelle était l'intention positive derriere votre  comportement?

- Qu'en pensez-vous? Qu'en décidez-vous?

 

6/ Le sens de la communication est dans la réponse que l'on obtient.
Ce qui permet de dire si la communication est efficace, n’est pas dans le message envoyé mais dans la réponse à ce message.

Combien de temps et d'énergie avez-vous perdu dans des échanges sans fin parce que vous n'aviez pas vraiment lu les réponses?

"La communication, c'est l'apprentissage de la cohabitation dans un monde d'informations où la question de l'altérité devient centrale" - Dominique Wolton.

- Est-ce que vos questions tiennent suffisamment compte de la réalité de votre client, de votre équipe, de votre interlocuteur?

- Qu'en pensez-vous?

- Quelle action pourriez-vous mettre en place pour vous en assurer? Pour ajuster?

 

 

7/ La plus grande qualité de l'information est comportementale.
Le langage non verbal ou analogique (mouvements du corps, gestes, voix) a plus d'importance que le langage verbal ou digital (les mots et chiffres).

Rappelons- nous que 55% de la communication est non-verbale (respir, position, gestes, ...), 38% de para-verbal (rythme, timbre, volume, force...), et seulement 7% de verbal.

- Quel temps de préparation vous accordez-vous avant une communication?

- Prenez vous le temps de comprendre le monde de vo(s)tre interlocuteur(s)...?

- Qu'en pensez-vous? Qu'est ce que ça vous raconte?

 

8/ II est utile de distinguer le soi de ses comportements.
Il convient de distinguer ce qu'est une personne (son identité) de ce qu'elle fait (ses comportements), ce qui fait dire que nous ne sommes pas que nos comportements, même si nous en sommes responsables.

Gardez en tête que votre ennemi n’est pas votre interlocuteur, mais la non-connaissance de sa carte.

- Que ressentez-vous face à une personne en colère?

- Quel est votre premier réflexe?

- Qu'en concluez-vous?

 

9/ Le corps et l'esprit font partie du même système cybernétique.
L'être humain est un système dans lequel l'esprit et le corps interagissent en permanence et de façon indissociable.
Le corps affecte l'esprit, et l'esprit affecte le corps dans une boucle rétroactive.

- Quel est votre ressenti quand une discussion s'anime agréablement ?
- Que ressentez-vous quand un reproche vous est fait?  

- Que vous êtes vous dit la dernière fois que votre cœur s'est emballé?

- Que faites-vous de vos réponses?

 

10/ Il n'y a pas d'échec, mais des apprentissages avec des feed-back.
Comme en cybernétique, le rôle du feed-back est de donner une réaction soit positive pour poursuivre l'action, soit négative pour la réajuster aux objectifs à atteindre.
La vie peut être considérée comme un processus d'apprentissage qui procède par essais et erreurs sur différents choix ou options.

- A quand remonte votre dernier échec?

- Que vous a t'il appris? Qu'avez-vous ressenti, qu'en avez-vous fait?

- A quand remonte le dernier feedback que vous avez demandé à votre équipe?

 

11/ Une personne a en elle les ressources nécessaires pour opérer des changements.
Une personne possède les ressources pour changer, mais le plus souvent elle ne croit pas pouvoir y accéder ou ne sait pas comment y accéder.

- Quelle ressource vous manque t'il?

- Que faites-vous pour y remédier?

- Que ressentirez-vous à ne pas obtenir cette ressource?

- Quelle serait la 1ère bonne étape? 

 

 

La PNL s'intéresse à "comment ça marche quand ça marche" plutôt qu'à expliquer "pourquoi ça ne marche pas". Et c'est bien là l'intérêt de ce processus qui permet de mettre au point des moyens pour mieux utiliser notre cerveau.

 

Ces questions et vos réponses vous interpellent, parlons-en.

 

 

*Celui qui a développé la PNL avec John Grinder et leur équipe dans les années 70 aux Etats-Unis.

**animé par Jean Luc Monsempès, président de l'Institut Repères

Please reload

Recent Posts

September 12, 2017

May 4, 2017

Please reload

Archive
Please reload

Search By Tags
Follow Me
  • Viadeo_favicon_300dpi_RGB
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
  • LinkedIn Social Icon